À propos

La Démocratie Ouverte

 

En 1999, Dick Morris, un ancien conseiller de Bill Clinton publiait Vote.com. Dans cet essai, il affirmait qu’Internet permettrait aux citoyens de peser si fortement sur les décisions publiques que leurs représentants seraient contraints, à terme, de changer la façon dont ils gouvernent.

À cette époque, dans les milieux autorisés, rares étaient ceux qui accordaient du crédit à cette thèse. Tous considéraient que la liberté d’expression et le vote étaient des choses distinctes et que jamais les critiques ne prendraient le dessus sur le suffrage universel. Tous étaient également convaincus qu’une telle évolution était encore moins probable dans les régimes autoritaires, où la liberté d’expression n’existe même pas.

Douze ans plus tard, l’histoire démontre que Dick Moris avait raison contre le dogme dominant. En 2011, Internet a bien joué un rôle majeur dans les révolutions arabes ou dans le mouvement des Indignés, et 57 Etats ont amorcé leur mue en intégrant  l’Open Government Partnership (Partenariat pour un Gouvernement Ouvert).

Ceci dit, rien n’est gagné ! Si ce Partenariat promet une démocratie « efficace et responsable » chacun connaît l'écart entre discours et réalité en politique et comme en 1999, les résistances au changement restent fortes. A ce titre, le fait que les « grandes » démocraties francophones ne participent pas à l’Open Government Partnership et n’ont, pour la plupart, aucune réflexion en la matière permet de mesurer le chemin à parcourir pour atteindre la démocratie ouverte que nous appelons de nos vœux.

Pourtant, aussi ardue que soit la tâche, cette évolution de la démocratie vers plus de participation et de transparence est possible. Cela suppose néanmoins que les citoyens fassent usage de leur nouveau pouvoir, non pas uniquement pour exprimer leur indignation à l’égard de leurs élites, mais également pour participer à la construction de solutions nouvelles en collaboration avec ceux qui les portent.

Fort de cette conviction, ce blog se donne donc pour objectif de faire connaître cette nouvelle forme de gouvernance et les acteurs qui œuvrent concrètement pour son avènement. Mais cela n’est qu’une première étape ! D’autres pages sont à écrire…

 

La Charte de Démocratie Ouverte